Back to contents

Conditions associées aux changements métaboliques et au vieillissement

Published: 22 December 2011

La lipodystrophie

Certains anciens médicaments anti-VIH sont associés à des changements au niveau du physique (une condition appelée lipodystrophie). Ceux-ci se manifestant par des pertes ou des gains de graisses sur certaines parties du corps. Ces médicaments, le d4T (stavudine, Zerit) et l’AZT (zidovudine, Retrovir, également présents dans les pilules de Combivir et de Trizivir) sont aujourd’hui rarement utilisés pour le traitement à long terme.

Vous pouvez en apprendre plus dans le livret de NAM intitulé Les effets secondaires.

Un programme de musculation (soulever des poids) en association avec des exercices cardiovasculaires (marche à pied, course à pied, natation, vélo) peut aider vis à vis des changements corporels. Les exercices cardiovasculaires améliorent l’aptitude du coeur à pomper et l’aptitude des muscles à utiliser l’oxygène.

La musculation développe les muscles qui brûlent les triglycérides emmagasinés dans la graisse corporelle. Les activités comme le yoga et la natation font travailler les muscles en résistance mais la méthode la plus efficace est d’utiliser des poids libres ou les machines dans un gymnasium. Le travail sur les groupes de muscles les plus gros apporte le plus d’avantages. Pour améliorer la force musculaire, vous devez charger les muscles assez lourdement. Par conséquent, il est conseillé de s’échauffer avant avec des poids légers puis de faire un petit nombre de répétitions en utilisant des poids assez lourds.

Il est recommandé de demander conseil sur l’utilisation des poids avant de commencer. Si vous allez dans un gymnasium, le personnel devrait pouvoir vous conseiller et vous aider à programmer votre entraînement. Les poids que vous soulevez devront augmenter en association avec votre force pour garantir que vos muscles continuent de rencontrer une résistance.

Les maladies cardiovasculaires

Le VIH non traité peut augmenter les risques de maladies cardiovasculaires. Ces risques diminuent lorsque vous commencez le traitement anti-VIH. Pour cette raison, on recommande de commencer le traitement lorsque le taux de cellules CD4 est aux alentours de 350. Le traitement est particulièrement recommandé à ce moment là si d’autres facteurs de risque sont également présents dans votre cas, comme vos antécédents familiaux ou le fait que vous fumez. Si les facteurs de risques sont plus nombreux, il est recommandé de commencer le traitement plus tôt.

Le traitement avec certains médicaments anti-VIH, en particulier les médicaments appartenant à la classe des inhibiteurs de protéase et les médicaments plus anciens de la classe des INTI, rarement utilisés aujourd’hui, ont été associés à des changements métaboliques qui peuvent augmenter les risques de maladies cardiovasculaires sur le long terme.

Votre coeur peut être endommagé si vous êtes trop gros(sse), ou si vous mangez trop d’aliments d’un type particulier, comme les graisses saturés. Celles-ci peuvent bloquer les artères qui alimentent le coeur, ce qui limite l’irrigation sanguine du coeur. Ceci peut conduire à des troubles cardiaques comme l’angine de poitrine (un syndrome qui provoque des douleurs cardiaques) et finalement à une crise cardiaque.

Le tabagisme, le manque d’exercice, la consommation de drogue et la consommation excessive d’alcool peuvent aussi contribuer aux maladies cardiovasculaires.

Un régime alimentaire sain et équilibré et des exercices physiques réguliers peuvent réduire les effets des changements métaboliques associés au traitement et les risques de maladies cardiovasculaires, Voir les conseils nutritionnels généraux pour des informations sur une alimentation saine.

Le diabète

Les personnes séropositives ont un risque plus élevé de diabète, une condition où le taux de glucose sanguin (un type de sucre) est trop élevé parce que l’organisme ne peut pas le métaboliser correctement.

Le diabète de type 1 se produit en général tôt dans la vie. Il apparaît lorsque l’organisme n’est pas capable de produire suffisamment d’insuline, l’hormone qui contrôle les sucres sanguins.

Le diabète de type 2 commence lorsque la personne vieillit (en général au dessus de 40 ans, quelque fois plus tôt en particulier chez les personnes d’origine asiatique ou afro-caribéenne). Dans ce type de diabète, suffisamment d’insuline est produite mais elle ne peut pas fonctionner correctement (un état appelé résistance à l’insuline).

Le diabète de type 2 est beaucoup plus commun et est lié au surpoids (en général un surplus de poids autour de l’abdomen) et au manque d’exercice. Il devient plus fréquent. Certains des médicaments anti-VIH les plus anciens ont également été associés avec une augmentation du risque de diabète.

En y faisant attention, le diabète peut être évité et contrôlé. Votre clinique peut vous faire des analyses pour détecter les signes avant-coureurs du diabète.

En général, la première suggestion en matière de traitement sera de perdre du poids, en particulier tout excès de poids autour de l’abdomen, grâce à une alimentation saine et à des exercices physiques. Ces méthodes peuvent, si elles réussissent, contrôler le diabète. Dans certains cas, des médicaments peuvent être ajoutés à un programme d’alimentation saine et d’exercice. Voir les conseils nutritionnels généraux pour les informations supplémentaires sur l’alimentation saine.

L’ostéoporose

De nombreuses personnes séropositives sont à risque d’ostéoporose, une perte de densité progressive de la masse osseuse. De nombreux experts pensent désormais que l’infection au VIH et le traitement antirétroviral peuvent tous les deux provoquer une perte de densité osseuse. Le risque peut également augmenter avec la tabagie, l’excès d’alcool, un poids trop petit et un taux de testostérone peu élevé. Le risque augmente avec l’âge et, pour les femmes, avec la ménopause.

La nutrition et l’exercice peuvent réduire les risques d’ostéoporose et aider à faire face à la perte de densité osseuse si elle se produit.

Le calcium et la vitamine D sont essentiels à la formation des os, et vous devriez donc essayer d’en consommer beaucoup.

De nombreux aliments sont riches en calcium, y compris le lait et autres produits laitiers, les légumes verts feuillus comme le choux frisé et les brocolis, les graines de soja et les haricots secs, les fruits à coque, les graines de sésame et de nombreux types de poissons comme le saumon et les sardines.

La vitamine D se trouve surtout dans les poissons huileux et les oeufs, ainsi que dans les aliments qui ont été spécialement fortifiés, comme les céréales du petit déjeuner.

La plupart de la vitamine D vient de la lumière du soleil sur la peau. Les personnes dont la peau est foncée ou noire peuvent avoir un taux moins élevé de vitamine D qu’une personne dont la peau est blanche, de même que les personnes qui ne sont pas suffisamment exposées au soleil. Cependant, trop de soleil peut entraîner des rougeurs ou des brûlures et peut augmenter le risque de cancers de la peau. Pour une exposition sans danger, il est conseillé de sortir régulièrement dehors pendant plusieurs minutes sans crème de protection solaire. Ceci devrait être suffisant pour élever votre taux de vitamine D. Ceci dépend néanmoins de la saison, de la couleur de votre peau et de ce que vous portez. Demandez des conseils supplémentaires à votre clinique sur l’exposition au soleil sans danger.Un diététicien peut vous aider à examiner vos habitudes alimentaires et à voir comment augmenter la quantité de vitamine D et de calcium dans votre régime. Dans certains cas, pour garantir une absorption suffisante de ces éléments nutritifs, il vous faudra peut-être prendre un supplément par comprimés. Parlez à quelqu’un dans votre clinique ou à votre médecin pour voir ce que vous devez faire pour corriger toute carence.

Les exercices de musculation ou de résistance peuvent réduire les risques d’ostéoporose et aider à encourager la nouvelle masse osseuse à augmenter une fois que le diagnostic a été établi. C’est à dire tout type d’exercice dans lequel vous êtes obligé(e) de travailler contre la gravité. (Si vous courez le risque de fractures osseuses à cause de l’ostéoporose, obtenez des conseils sur le type d’exercice qui est sans danger pour vous.)

Community Consensus Statement on Access to HIV Treatment and its Use for Prevention

Together, we can make it happen

We can end HIV soon if people have equal access to HIV drugs as treatment and as PrEP, and have free choice over whether to take them.

Launched today, the Community Consensus Statement is a basic set of principles aimed at making sure that happens.

The Community Consensus Statement is a joint initiative of AVAC, EATG, MSMGF, GNP+, HIV i-Base, the International HIV/AIDS Alliance, ITPC and NAM/aidsmap
close

This content was checked for accuracy at the time it was written. It may have been superseded by more recent developments. NAM recommends checking whether this is the most current information when making decisions that may affect your health.

NAM’s information is intended to support, rather than replace, consultation with a healthcare professional. Talk to your doctor or another member of your healthcare team for advice tailored to your situation.